Les partenaires science ouverte du CNRS

La DDOR du CNRS réalise des partenariats et s’implique dans plusieurs groupes de travail nationaux et internationaux pour définir des stratégies de communes de science ouverte et développer une culture des données FAIR.

Les partenaires nationaux

Agence bibliographique de l’enseignement supérieur

Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (Abes) est l’opérateur national au service des professionnels de la documentation et de l’information scientifique et technique (IST).

Consulter le site Abes


Consortium Couperin

Association à but non lucratif financée par les cotisations de ses membres et subventionnée par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. C’est le réseau de négociation et d’expertise des ressources documentaires électroniques pour les établissements universitaires et de recherche.

Consulter le site Couperin


Association IST des organismes de recherche

Association des responsables de l’information scientifique et technique des organismes de recherche français publics ou d’utilité publique (Eprist).

Consulter le site Eprist

Cette collaboration a pour objectif de favoriser les échanges entre les organismes de recherche français, d’animer la réflexion interinstitutionnelle sur l’évolution du domaine de l’IST, de contribuer à la définition et à la mise en œuvre de politiques en IST, de proposer et construire des partenariats avec d’autres associations ou structures de l’IST et de valoriser les travaux réalisés au sein de l’association.


Les partenaires internationaux

Knowledge Exchange

Partenariat européen entre six organisations nationales : CSC (Finland), CNRS (France), DeiC (Danemark), DFG (Allemagne), Jisc (Royaume-Unis) et SURF (Pays Bas).

Dans une approche prospective et pragmatique de la science ouverte, leur objectif commun est d’interroger les usages, le contexte et les évolutions de ce mouvement général majeur. Il s’agit d’inspirer leurs actions pour aider les communautés de recherche de leur pays dans leurs pratiques des outils numériques.

Consulter le site Knowledge Exchange

Pour cela, le CNRS et ses partenaires acceptent d’échanger sur leur propres actions et interrogations, de définir des objectifs motivant tout un ensemble d’études et d’analyses à leur usage, comme à celui du public.


Research Data Alliance

Organisation internationale dont les membres développent des activités et des infrastructures communes pour réduire les obstacles au partage et aux échanges de données, et accélérer l’innovation à l’échelle mondiale en misant délibérément sur les données.

Avec près de 11 000 membres venant de 145 pays, la RDA regroupe chercheurs et professionnels des données scientifiques travaillant dans de multiples disciplines, domaines et thématiques et appartenant à différents types d’organisations à travers le monde.

Consulter le site RDA

Ainsi la RDA construit des passerelles sociales et techniques qui facilitent le libre partage des données pour concrétiser son ambition de voir chercheurs et innovateurs partager librement les données entre technologies, disciplines et pays et ainsi répondre aux grands défis de société.

La DDOR copilote le nœud RDA France soutenu par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI). Le Nœud National a pour objectif l’animation d’une communauté nationale RDA.


European Open Science Cloud

L’initiative European Open Science Cloud (EOSC) de la commission européenne est un regroupement d’infrastructures européennes pour offrir un catalogue de services mutualisé aux chercheurs. C’est une fédération d’infrastructures européennes qui vise à développer des processus communs de recherche à la fois disciplinaire et international.

Ce dispositif d’excellence de services « Cloud » est un élément central pour soutenir la circulation, la diffusion et l’adoption des connaissances dans l’espace européen de la recherche (EER) adapté à l’ère du numérique.

La stratégie européenne pour les données reconnaît l’EOSC comme nouvel espace européen pour la recherche et l’innovation qui offre un réseau de données FAIR et des services associés.

L’ambition de cette initiative est d’ouvrir, de connecter et d’articuler l’EOSC au-delà des communautés de recherche, avec le secteur public au sens large et le secteur privé.

Pour ce faire, une association de type AISBL (association internationale de droit belge) a été créée en juillet 2020 pour réunir les acteurs de cet écosystème EOSC. L’association EOSC est un des trois acteurs du Partenariat EOSC avec la Commission Européenne et les États Membres.

Consulter le site EOSC

Le CNRS est un des membres précurseurs de cette initiative européenne qui a participé activement à la rédaction des statuts et aux règles internes de fonctionnement.

A la fin de l’année 2020, Suzanne Dumouchel, ingénieure de recherche à la TGIR Huma-Num et chargée de mission à la Direction des Données Ouvertes de la Recherche (DDOR), est élue membre du directoire de l’association EOSC pour un mandat de trois ans. Le CNRS s’est également engagé en tant que membre de l’association (AISBL) avec une cotisation annuelle et un droit de vote à l’assemblée générale, représenté par Sylvie Rousset, Directrice de la Direction des Données Ouvertes de la Recherche (DDOR).

Le CNRS travaille en étroite collaboration avec d’autres organismes de recherche français (Inserm, Inria, Inrae, CPU, etc.) qui sont membres ou observateurs de l’association EOSC.

L’objectif commun est d’harmoniser les besoins des communautés de recherche françaises et ainsi promouvoir la création d’un « EOSC français ».