Les actions du CNRS


  1. Feuille de route science ouverte du CNRS
  2. Les quatre principes de l'évaluation des chercheurs
  3. Compte rendu annuel d'activité des chercheurs du CNRS


Feuille de route science ouverte du CNRS

Le CNRS s’est engagé très tôt pour la science ouverte. Rappelons la création de l’archive ouverte HAL en 2001 et la signature en 2003 de la déclaration de Berlin « Open Access to Knowledge in the Sciences and Humanities » (signée par plus de 300 signataires, dont le CERN, la Max Planck Society, l’université de Harvard, etc.)

Parmi des initiatives récentes, citons l’appel de Jussieu (dont un tiers des auteurs relèvent du CNRS) et la Déclaration de San Francisco sur l’évaluation de la recherche (DORA), rédigée en 2012 par un groupe de directeurs et d’éditeurs de revues savantes, signée par de nombreuses organisations et individus.

Le CNRS l’a signée le 14 juillet 2018. Il s’agit d’un engagement qui consiste à éviter le recours à la bibliométrie et à préférer une évaluation plus qualitative, ainsi qu’à prendre en compte toute la variété des types de productions de l’activité de recherche.

Par ailleurs, le CNRS devient l’opérateur du fonds national pour la science ouverte, le GIS FNSO, créé et alimenté en particulier par les économies réalisées lors des négociations avec les éditeurs. Ce fonds a pour objectif dans un premier temps de favoriser la bibliodiversité et de soutenir les plateformes d’édition ouverte via un appel à projets.

Le 18 novembre 2019, à l’occasion des journées nationales de la science ouverte le CNRS annonce sa feuille de route pour la science ouverte.

Télécharger la feuille de route science ouverte du CNRS

 

(version française – 18 novembre 2019)
Download CNRS roadmap for Open Science

 

(english version – 18 november 2019)

Les quatre principes de l’évaluation des chercheurs

1 – Ce sont les résultats eux-mêmes qui doivent être évalués, et non pas le fait qu’ils aient pu être publiés dans une revue prestigieuse ou autre média réputé.

Les membres du CoNRS (Comité National de la Recherche Scientifique) doivent assumer la responsabilité de leur jugement et ne s’en remettent ni aux évaluations anonymes des éditeurs ni aux algorithmes. Ceci doit transparaître dans les rapports d’évaluation.

2 – Pour chacune des productions citées dans les dossiers d’évaluation les chercheurs doivent en expliquer la portée, l’impact, et la contribution personnelle qu’ils y ont apportée.

L’exhaustivité de la liste des productions est inutile.

3 – Tous les types de production doivent pouvoir être des éléments de l’évaluation.

En particulier, dans tous les cas où cela a un sens, les données sous-tendant la publication ainsi que le code source nécessaire à la production des résultats doivent pouvoir être fournis. Les « préprints » et autres documents de travail sont des productions accep-tables pour l’évaluation. Il en va de même pour les « data papers » (« articles de données »).

4 – Toutes les productions citées dans les dossiers d’évaluation doivent être accessibles dans HAL ou éventuellement dans une autre archive ouverte.

Il s’agit bien des productions elles-mêmes et non de leurs références. Il est normalement inutile de les fournir dans le dossier : le lien actif vers l’archive doit suffire.


Compte rendu annuel d’activité des chercheurs du CNRS (CRAC)

Selon l’article 10 du décret n°83-1260 du 30 décembre 1983 et l’article 3 du décret n°84-1185 du 27 décembre 1984, les chercheurs sont tenus de fournir chaque année un compte rendu de leur activité. Ce document est une synthèse des points forts de l’activité de recherche et des différentes activités liées au métier de chercheur.

La dynamique de science ouverte encourage le dépôt des publications scientifiques dans les archives ouvertes. Pour impulser le dépôt dans l’archive ouverte HAL, la rubrique « publications scientifiques » du CRAC sera alimentée uniquement à partir du profil HAL du chercheur, sans qu’il ne puisse la modifier ultérieurement.

En ce qui concerne le RIBAC, utilisé essentiellement par les SHS, la campagne 2019 ayant déjà débutée, cette mesure s’appliquera à partir de la campagne 2020.

Le 23 avril 2019, Alain Schuhl, le directeur général délégué à la science, adressait le message suivant aux chercheuses et chercheurs CNRS sur la campagne CRAC 2019 :

Message aux chercheuses et chercheurs CNRS

Le CNRS est fortement engagé dans une démarche de science ouverte, avec notamment la création de l’archive ouverte publique HAL en 2001. Le mouvement s’amplifie depuis de nombreuses années à travers le monde et, en juillet 2018, Madame la ministre Frédérique Vidal a annoncé le plan national pour la science ouverte dans lequel elle demande que l’ouverture des publications scientifiques soit la pratique par défaut aussi vite que possible. Pour cela, elle confirme le rôle central de l’archive ouverte nationale HAL et demande aux opérateurs de la recherche de se doter d’une politique de science ouverte. Dans ce cadre, le CNRS va s’engager vers 100% de publications ouvertes grâce notamment à la généralisation de l’utilisation de HAL.

Afin de répondre à ces engagements, pour la prochaine campagne 2019, la rubrique « publications scientifiques » du CRAC sera alimentée uniquement par le flux HAL pour la prochaine campagne 2019, sans qu’il ne soit possible de la modifier.

La DIST avec aussi l’INIST et le CCSD, et les correspondants IST des instituts thématiques du CNRS, seront à vos côtés pour vous aider si besoin à mettre vos publications à jour dans HAL. En plus des références des publications que vous pouvez mettre dès à présent , sachez que la loi numérique vous permet d’y déposer également le manuscrit auteur accepté qui sert de référence pour l’édition.

Vous pouvez déposer votre manuscrit dès qu’il est accepté, sans embargo si la politique de l’éditeur vous y autorise, ou avec un embargo de 6 mois maximum en STM, et 12 mois en SHS. Vous pouvez également y déposer vos preprints.

Déposer mon article scientifique publié sur HAL
durée indicative : 15 minutes

Notez bien que le dépôt dans l’Archive ouverte nationale HAL n’empêche pas la publication de votre article auprès d’un éditeur scientifique, dont le rôle est reconnu, mais est une voie complémentaire et indispensable au développement de l’accès ouvert, afin d’augmenter le rayonnement et l’accessibilité de la recherche française.