Les acteurs science ouverte au CNRS

La DDOR : une direction fonctionnelle du CNRS

Depuis le 6 novembre 2020, la Direction des données ouvertes de la recherche (DDOR) a été créée. Cette direction est rattachée à la Direction générale déléguée à la science (DGDS) et résulte de la fusion de la Direction de l’information scientifique et technique (Dist) et de la mission Calcul Données (MiCaDo).

La DDOR du CNRS a pour mission de proposer et d’accompagner la mise en œuvre d’une politique et d’une stratégie commune pour l’ouverture des données au CNRS. Son périmètre d’action comprend les Publications et l’édition scientifiques, les Données de la Recherche, et le Calcul Intensif.

Le 16 novembre 2020, le CNRS dévoile son plan « Données de la recherche » pour dynamiser la diffusion de la culture des données FAIR (facile à trouver, accessible, interopérable et réutilisable) et les services d’exploitation des données. Ce plan s’inscrit dans la continuité de la feuille de route science ouverte du CNRS, parue en novembre 2019, et du livre blanc sur les données du CNRS, paru en janvier 2018.

Pour mettre en œuvre la feuille de route du CNRS, la DDOR sollicite un comité de pilotage avec les dix instituts du CNRS afin d’établir une stratégie science ouverte commune à l’ensemble des communautés scientifiques.

Les trois unités du CNRS rattachées à la DDOR

INIST : unité d’appui à la recherche du CNRS qui facilite l’accès, l’analyse et la fouille de l’information et valorise la production scientifique (publications et données de recherche).

CCSD : unité d’appui à la recherche du CNRS qui a pour mission de fournir à l’ensemble de l’ESR des outils pour l’archivage, la diffusion et la valorisation des publications et des données scientifiques.

Persée : unité d’appui à la recherche du CNRS gérée par l’UMS Persée, l’université de Lyon, l’ENS Lyon et le MESRI pour numériser et valoriser le patrimoine scientifique en sciences humaines et sociales.


Les infrastructures de recherche IST soutenues par le CNRS

1 – Archive ouverte HAL

Archive ouverte pluridisciplinaire française, développée par le centre pour la communication directe (CCSD), destinée au dépôt et à la diffusion d’articles scientifiques (publiés ou non) et de thèses. Cette archive est incontournable pour la diffusion des savoirs de l’ensemble de la communauté scientifique et universitaire française

2 – OpenEdition (IR – INSHS)

Infrastructure d’édition électronique ouverte en sciences humaines et sociales, développée par l’USR OpenEdition Center (CLEO), met à disposition quatre plateformes de publication et d’information en accès ouvert : revues, livres, carnets de recherche et annonces d’événements académiques internationaux en SHS.

3 – Métopes (IR – INSHS)

Infrastructure de méthodes et d’outils pour l’édition structurée, porté par le Pôle « Document numérique » de la maison de la recherche en sciences humaines (MRSH). Elle est conçue à l’usage des éditeurs publics et au service de l’activité éditoriale de l’ensemble des établissements publics d’enseignement supérieur et de recherche. Elle a pour pour missions principales, de fournir un ensemble d’outils et de méthodes afin d’organiser la production et la diffusion des produits éditoriaux en libre accès.

4 – Progedo (TGIR – INSHS)

Infrastructure de production et de gestion des données en sciences humaines et sociales, portée par le CNRS et l’EHESS. Cette très grande infrastructure de recherche a pour mission de développer la culture des données, d’impulser et de structurer une politique des données d’enquêtes des communautés de recherche SHS. La stratégie de développement a réunit les organismes de recherche, les grands établissements et les universités, et de renforcer la position de la France dans l’espace européen de la recherche.

5 – Huma-Num (TGIR – INSHS / IN2P3)

Très grande infrastructure de recherche en sciences humaines et sociales, développé par l’UMS des Humanités Numériques, met à disposition un ensemble de services pour les données numériques produites en SHS.

Services Huma-Num

A chaque étape du cycle de vie des données correspond un service dédié : le traitement (boîte à outils partagée), la conservation (Huma-Num-Box), l’accès et l’interopérabilité des données de la recherche en sciences humaines et sociales par des services numériques de traitement, de partage (Nakala) et d’accès unifié (ISIDORE), ainsi qu’une procédure d’archivage à long terme.

6 – Centre Mersenne (IR – INSMI)

Infrastructure pour l’édition électronique de revues en accès ouvert, développée en partenariat par l’UMS Mathdoc et UGA Editions, dans la continuité de ses services Numdam (bibliothèque numérique) et Cedram (diffusion de revues académiques de mathématiques).

7 – Centre de données astronomiques de Strasbourg (IR – INSU)

Infrastructure de recherche nationale, le centre de données astronomiques de Strasbourg (CDS) a pour mission de collecter, d’homogénéiser, de distribuer et de préserver l’information astronomique, pour le bénéfice de la communauté scientifique internationale.

Elle joue un rôle majeur dans le développement de l’observatoire astronomique virtuel (VO) à l’échelle nationale, européenne et internationale (IVOA).

8 – Data Terra (IR – INSU)

Infrastructure de recherche, Data Terra a pour mission de faciliter l’accès aux données acquises depuis le sol et l’espace pour l’étude des quatre compartiments du système terre (atmosphère, océans, terre profonde et surfaces continentales) et de proposer des services interopérables et des produits avancés. 

Domaines Data Terra

Data Terra met à disposition un portail unifié et cohérent fondé sur quatre pôles de données (Aeris, Odatis, ForM@Ter et Theia) associés à des services et outils transversaux. Ces dispositifs favorisent l’usage intelligent des données, des indicateurs et des modèles issus des systèmes nationaux et internationaux d’observation, un enjeu essentiel pour la mise en œuvre des objectifs du développement durable.