The Open Science movement

Dates-clés

loading
  • janvier 1991

    Archive ouverte arXiv (États-Unis)

    Archive ouverte arXiv (États-Unis)

    janvier 1, 1991
    À l’initiative individuelle de Paul Ginsparg, arXiv est une archive ouverte américaine de prépublications électroniques dans les domaines physique, astrophysique, puis mathématiques, informatique, sciences non linéaires et biologie quantitative. Une commodité numérique au service des chercheurs : on ne parlait pas encore de Science Ouverte. Archive Ouverte arXiv
  • janvier 2001

    Archive ouverte HAL (France)

    Archive ouverte HAL (France)

    janvier 1, 2001
    Archive ouverte française, développée par le CCSD, destinée au dépôt et à la diffusion d’articles scientifiques (publiés ou non) de thèses et d’autres objets. Cette archive pluridisciplinaire permet la diffusion des savoirs de l’ensemble de la communauté scientifique et universitaire françaises et la construction de nombreux services. Archive Ouverte Hal
  • février 2002

    L’initiative de Budapest (Hongrie)

    L’initiative de Budapest (Hongrie)

    février 14, 2002
    L’Initiative de Budapest pour l’accès ouvert (BOAI), signée par 16 personnalités, est une déclaration publique de principes relative au libre accès à la littérature de recherche. À l’occasion du 10e anniversaire de l’initiative, elle a été réaffirmée et complétée par une série de recommandations concrètes pour atteindre « le nouvel objectif que dans les dix prochaines années, l’accès ouvert devienne la méthode par défaut pour diffuser les nouvelles recherches évaluées par les pairs dans tous les domaines et dans tous les pays ». Elle sert encore aujourd’hui de référence. Télécharger « L’Initiative de Budapest »
  • janvier 2003

    Déclaration de Berlin (Allemagne)

    Déclaration de Berlin (Allemagne)

    janvier 10, 2003
    La Déclaration de Berlin élargit la notion du libre accès à toutes les œuvres et données, issues d’un travail de recherche, à tous les champs disciplinaires et au patrimoine culturel. Elle est signée par des institutions, dont le CNRS, plutôt que par des personnalités. Elle reprend les deux conditions définissant le libre accès de la Déclaration de Bethesda : un droit gratuit, irrévocable et mondial d’y accéder ; un dépôt dans au moins une archive en ligne. Télécharger la « Déclaration de Berlin »
  • avril 2003

    Déclaration de Bethesda (Etat-Unis)

    Déclaration de Bethesda (Etat-Unis)

    avril 11, 2003
    La Déclaration définit deux conditions que doivent remplir les publications pour être en libre accès : un droit gratuit, irrévocable d’y accéder, de les copier, utiliser, distribuer et de réaliser des œuvres dérivées ; un dépôt dans une archive ouverte assurant le libre accès, l’interopérabilité et l’archivage à long terme. Télécharger la « Déclaration de Bethesda »
  • décembre 2012

    Declaration on research assessment – DORA (San-Francisco)

    Declaration on research assessment – DORA (San-Francisco)

    décembre 16, 2012
    La Déclaration sur l’évaluation de la recherche affirme la nécessité de transformer les méthodes d’évaluation des résultats de la recherche scientifique. Il s’agit d’une initiative mondiale couvrant toutes les disciplines universitaires et tous les intervenants clés — agences de financement, établissements, éditeurs et chercheurs. Télécharger la « Déclaration on Research Assessment »  
  • janvier 2015

    Déclaration de La Haye (Pays-Bas)

    Déclaration de La Haye (Pays-Bas)

    janvier 1, 2015
    Le premier principe défendu par la Déclaration de La Haye est que : « La propriété intellectuelle n’a pas été conçue pour réglementer la libre circulation des faits, des données et des idées, mais elle a comme objectif clé de promouvoir les activités de recherche. » Télécharger la « Déclaration de La Haye »
  • avril 2015

    Manifeste de Leiden (Pays-Bas)

    Manifeste de Leiden (Pays-Bas)

    avril 23, 2015
    Le manifeste de Leiden propose un condensé des bonnes pratiques (sous la forme de dix principes) en matière d’évaluation de la recherche basée sur les indicateurs, afin que les chercheurs puissent demander des explications aux évaluateurs, et que les évaluateurs puissent interroger la pertinence de leurs indicateurs. Télécharger « le manifeste de Leiden »
  • mars 2016

    Principes FAIR (Europe)

    Principes FAIR (Europe)

    mars 15, 2016
      Les principes FAIR sont un ensemble de principes directeurs pour gérer les données de la recherche visant à les rendre faciles à trouver, accessibles, interopérables et réutilisables par l’homme et la machine. Consulter les principes FAIR    
  • avril 2016

    Call for Action (Amsterdam)

    Call for Action (Amsterdam)

    avril 23, 2016
    Le plan d’action d’Amsterdam sur l’innovation en matière de science ouverte définit deux objectifs principaux : permettre l’accès libre et total, d’ici 2020, à toutes les publications scientifiques et rendre systématique la possibilité de partage et de réutilisation des données pour toutes les recherches financées par des fonds publics. Consulter l’appel d’Amsterdam
  • octobre 2016

    Loi pour une République numérique (France)

    Loi pour une République numérique (France)

    octobre 7, 2016
    En France, la loi pour une République numérique, inscrit le droit pour les auteurs de mettre à disposition gratuitement la version finale de leur manuscrit acceptée pour publication et la libre réutilisation des données scientifiques qu’ils produisent, dès lors que l’activité de recherche est financée au moins pour moitié par des dotations de l’Etat, des collectivités territoriales, des établissements publics, des subventions d’agences de financement nationales ou par des fonds de l’Union européenne (article 30) ). L’article 38 définit les conditions à remplir pour pratiquer la fouille de textes et de données. Consulter le guide d’application de la loi pour..Lire la suite
  • octobre 2017

    Appel de Jussieu (France)

    Appel de Jussieu (France)

    octobre 10, 2017
    Cet appel a été élaboré par un collectif français représentatif des chercheurs et des professionnels de l’édition scientifique regroupés notamment au sein des segments « Open Access » et « édition scientifique publique » de la BSN (Bibliothèque scientifique numérique). Il s’adresse aux communautés scientifiques et aux établissements de recherche en vue de promouvoir un accès ouvert aux publications scientifiques qui encourage la bibliodiversité et l’innovation et n’implique pas le transfert exclusif des abonnements vers les APC. Consulter l’appel de Jussieu
  • juillet 2018

    Plan national pour la science ouverte (France)

    Plan national pour la science ouverte (France)

    juillet 4, 2018
    Le mouvement de la science ouverte vise à construire un écosystème dans lequel la science sera plus cumulative, plus fortement étayée par des données, plus transparente, plus rapide et d’accès universel. Consulter le plan national pour la Science Ouverte
  • septembre 2018

    Plan S (Europe)

    Plan S (Europe)

    septembre 4, 2018
    Le plan S acte l’obligation que les publications de recherches scientifiques, financées par des subventions publiques obtenus des organismes de financement nationaux et européens, soient publiées en libre accès dans des revues ou sur des plateformes à partir du 1er janvier 2020. Il est adossé à une coalition de financeurs de la recherche, notamment l’ANR en France. Consulter le plan S
  • novembre 2019

    Feuille de route science ouverte du CNRS (France)

    Feuille de route science ouverte du CNRS (France)

    novembre 18, 2019
    La feuille de route science ouverte du CNRS se déploie autour de quatre axes : l’accès ouvert aux publications scientifiques, le partage des données scientifiques, le développement et la promotion d’outils pour la fouille des contenus scientifiques, et enfin, l’évaluation individuelle des chercheurs. L’ambition du CNRS est d’aboutir à 100 % des publications du CNRS en accès ouvert, dans les années à venir. Consulter la feuille de route science ouverte du CNRS
  • novembre 2020

    Plan « Données de la recherche » du CNRS (France)

    Plan « Données de la recherche » du CNRS (France)

    novembre 16, 2020
    Le CNRS met en place un plan « Données de la recherche » pour inciter les scientifiques à rendre leurs données accessibles et réutilisables. Ce plan a pour objectifs de dynamiser et diffuser la culture des données FAIR (Faciles à trouver, Accessibles, Interopérables, Réutilisables), valoriser les services et outils existants, et accompagner la création de nouvelles pratiques, de nouveaux services et de nouveaux outils. Consulter le plan « Données de la recherche » du CNRS

Introduction

Today’s researchers use digital tools in all facets of their work. They innovate, develop new tools and create digital platforms and valuable data which they then manage. Their publications are natively digital.

However, it is often difficult to access these digital scientific productions from research. They may involve non-public or non-documented resources, require a subscription to a resource or to have purchased it for use. They might also require user identification in varied ways according to the resource concerned or be in incompatible or even inconsistent formats. This all hampers the fully effective use of digital technology. The Open Science movement aims to put this situation right.

Open science promotes taking a transversal approach to the question of access to scientific work and to the aims and sharing of scientific results. It also inherently involves a new way of practising science by opening up processes, codes, methods and protocols. Open access makes the movement towards disseminating scientific production on the Internet possible. It removes barriers to access while maintaining the levels of protection offered by copyright.

As open as possible and closed as necessary

European Commission report 2016

A political, scientific and civic dynamic

There are at least three good reasons for developing open science – a scientific reason, a civic reason and an economic, social and political reason.

  • Sharing scientific knowledge makes research more effective, more visible, and less redundant. The use of new tools, particularly those derived from the field of artificial intelligence, has led to a new way of doing research which is more transversal and facilitates interdisciplinarity.
  • Open Science changes the way research is integrated into society by helping to restore citizens’ trust in scientists which strengthens scientific integrity. Accessibility for many actors and disciplines empower responses to contemporary issues.
  • The publication of scientific results and the sharing of data from largely publicly funded research allow us to regain control of a system that had escaped us, becoming financially unsustainable in its current projection at a time when scientific output is steadily increasing.

The advances made by the French Law for a Digital Republic

The French Law for a Digital Republic was promulgated on October 7th 2016 with the aim of preparing France for challenges linked to the digital transition and the economy of tomorrow. It promotes innovation and the development of the digital economy, an open, reliable digital society and the protection of citizens’ rights. Another of its aims is to guarantee access for all, in all territories, to digital opportunities.

It should help accelerate and boost knowledge sharing to galvanise the open science movement in terms of data, publications and exploration.

In terms of open science, the Law for a Digital Republic promotes open access to scientific publications from public research through the rights attributed to researchers to disseminate their articles after a short embargo period of 6 to 12 months whatever the contract between researchers and publishers of the journals publishing their articles.

More generally, the Law aims to achieve open access to the results of publicly funded research and authorises text and data mining. The results of research whose financing is more than 50% from public funds will be made available online in open access by their authors after an embargo period of 6 (for STM) to 12 months (for the HSS). This measure will facilitate the free dissemination of research results which was previously often restricted and overly controlled by publishers. The law also authorises online text and data mining which is an essential practice, particularly in humanities and social sciences research. This practice was previously forbidden and this provision should enable France to catch up on the international scene as regards this subject.

White Paper – Open Science in a Digital Republic (March 2016)


The emergence of the National Plan for Open Science

On July 4th 2018, the French Minister for Higher Education, Research and Innovation announced the National Plan for Open Science  which defines three main areas requiring work – publications, data, and transversal actions – divided into nine measures.

At the same time, a Committee for Open Science (CoSO) was set up with the Chief Executive Officer of Research and Innovation as its president. It is divided into four colleges namely publications, research data, skills and training and finally Europe and International. CNRS researchers and members of the DDOR are present in all four colleges.