-->

Dossier science ouverte : la révolution nécessaire

Publié le 13 janvier 2020
Face à un modèle économique qui enferme les savoirs et engendre des milliards de dollars, les acteurs de la recherche publique se mobilisent pour libérer l’accès aux publications et aux données. Alors que le CNRS vient de présenter sa feuille de route pour la science ouverte, enquête sur les enjeux de ce mouvement incontournable.

Le CNRS publie dans le journal du CNRS N°298 (décembre 2019) un dossier complet sur le mouvement international de la science ouverte. Ces dernières années, l’ouverture des publications et des données s’intensifie et s’organise entre les institutions et les disciplines. Le dossier intitulé « Science ouverte : la révolution nécessaire » retrace l’émergence de l’édition scientifique privée et les initiatives libres accès impulsés par les chercheurs pour partager les résultats de la recherche à l’ensemble de la société.

Consulter cet article dans le numéro 298 de CNRS le Journal.

La timeline de la science ouverte

loading
  • 1991

    Archive ouverte arXiv (États-Unis)

    Archive ouverte arXiv (États-Unis)

    janvier 1, 1991
    À l’initiative individuelle de Paul Ginsparg, arXiv est une archive ouverte américaine de prépublications électroniques dans les domaines physique, astrophysique, puis mathématiques, informatique, sciences non linéaires et biologie quantitative. Une commodité numérique au service des chercheurs : on ne parlait pas encore de Science Ouverte. Archive Ouverte arXiv
  • 2001

    Archive ouverte HAL (France)

    Archive ouverte HAL (France)

    janvier 1, 2001
    Archive ouverte française, développée par le CCSD, destinée au dépôt et à la diffusion d’articles scientifiques (publiés ou non) de thèses et d’autres objets. Cette archive pluridisciplinaire permet la diffusion des savoirs de l’ensemble de la communauté scientifique et universitaire françaises et la construction de nombreux services. Archive Ouverte Hal
  • 2002

    L’initiative de Budapest (Hongrie)

    L’initiative de Budapest (Hongrie)

    février 14, 2002
    L’Initiative de Budapest pour l’accès ouvert (BOAI), signée par 16 personnalités, est une déclaration publique de principes relative au libre accès à la littérature de recherche. À l’occasion du 10e anniversaire de l’initiative, elle a été réaffirmée et complétée par une série de recommandations concrètes pour atteindre « le nouvel objectif que dans les dix prochaines … Continuer la lecture de « L’initiative de Budapest (Hongrie) »
  • 2003

    Déclaration de Berlin (Allemagne)

    Déclaration de Berlin (Allemagne)

    janvier 10, 2003
    La Déclaration de Berlin élargit la notion du libre accès à toutes les œuvres et données, issues d’un travail de recherche, à tous les champs disciplinaires et au patrimoine culturel. Elle est signée par des institutions, dont le CNRS, plutôt que par des personnalités. Elle reprend les deux conditions définissant le libre accès de la … Continuer la lecture de « Déclaration de Berlin (Allemagne) »
  • 2003

    Déclaration de Bethesda (Etat-Unis)

    Déclaration de Bethesda (Etat-Unis)

    avril 11, 2003
    La Déclaration définit deux conditions que doivent remplir les publications pour être en libre accès : un droit gratuit, irrévocable d’y accéder, de les copier, utiliser, distribuer et de réaliser des œuvres dérivées ; un dépôt dans une archive ouverte assurant le libre accès, l’interopérabilité et l’archivage à long terme. Télécharger la « Déclaration de Bethesda »
  • 2012

    Declaration on research assessment – DORA (San-Francisco)

    Declaration on research assessment – DORA (San-Francisco)

    décembre 16, 2012
    La Déclaration sur l’évaluation de la recherche affirme la nécessité de transformer les méthodes d’évaluation des résultats de la recherche scientifique. Il s’agit d’une initiative mondiale couvrant toutes les disciplines universitaires et tous les intervenants clés — agences de financement, établissements, éditeurs et chercheurs. Télécharger la « Déclaration on Research Assessment »  
  • 2015

    Déclaration de La Haye (Pays-Bas)

    Déclaration de La Haye (Pays-Bas)

    janvier 1, 2015
    Le premier principe défendu par la Déclaration de La Haye est que : « La propriété intellectuelle n’a pas été conçue pour réglementer la libre circulation des faits, des données et des idées, mais elle a comme objectif clé de promouvoir les activités de recherche. » Télécharger la « Déclaration de La Haye »
  • 2015

    Manifeste de Leiden (Pays-Bas)

    Manifeste de Leiden (Pays-Bas)

    avril 23, 2015
    Le manifeste de Leiden propose un condensé des bonnes pratiques (sous la forme de dix principes) en matière d’évaluation de la recherche basée sur les indicateurs, afin que les chercheurs puissent demander des explications aux évaluateurs, et que les évaluateurs puissent interroger la pertinence de leurs indicateurs. Télécharger « le manifeste de Leiden »
  • 2016

    Principes FAIR

    Principes FAIR

    mars 15, 2016
    Les principes FAIR sont un ensemble de principes directeurs pour gérer les données de la recherche visant à les rendre faciles à trouver, accessibles, interopérables et réutilisables par l’homme et la machine.   Télécharger « Principes FAIR »    
  • 2016

    Call for action on open science (Amsterdam)

    Call for action on open science (Amsterdam)

    avril 23, 2016
    Le plan d’action d’Amsterdam sur l’innovation en matière de science ouverte définit deux objectifs principaux : permettre l’accès libre et total, d’ici 2020, à toutes les publications scientifiques et rendre systématique la possibilité de partage et de réutilisation des données pour toutes les recherches financées par des fonds publics. Télécharger le « Call for action on … Continuer la lecture de « Call for action on open science (Amsterdam) »
  • 2016

    Loi pour une République numérique (France)

    Loi pour une République numérique (France)

    octobre 7, 2016
    En France, la loi pour une République numérique, inscrit le droit pour les auteurs de mettre à disposition gratuitement la version finale de leur manuscrit acceptée pour publication et la libre réutilisation des données scientifiques qu’ils produisent, dès lors que l’activité de recherche est financée au moins pour moitié par des dotations de l’Etat, des … Continuer la lecture de « Loi pour une République numérique (France) »
  • 2017

    Appel de Jussieu (Paris)

    Appel de Jussieu (Paris)

    octobre 10, 2017
    Cet appel a été élaboré par un collectif français représentatif des chercheurs et des professionnels de l’édition scientifique regroupés notamment au sein des segments « open access » et « édition scientifique publique » de la BSN (Bibliothèque scientifique numérique). Il s’adresse aux communautés scientifiques et aux établissements de recherche en vue de promouvoir un … Continuer la lecture de « Appel de Jussieu (Paris) »
  • 2018

    Plan national pour la science ouverte (France)

    Plan national pour la science ouverte (France)

    juillet 4, 2018
    Le mouvement de la science ouverte vise à construire un écosystème dans lequel la science sera plus cumulative, plus fortement étayée par des données, plus transparente, plus rapide et d’accès universel. Ouvrir la science Le comité pour la science ouverte propose des orientations et instruit les sujets sur les questions de la science ouverte, impulse … Continuer la lecture de « Plan national pour la science ouverte (France) »
  • 2018

    Plan S (Europe)

    Plan S (Europe)

    septembre 4, 2018
    Le plan S acte l’obligation que les publications de recherches scientifiques, financées par des subventions publiques obtenus des organismes de financement nationaux et européens, soient publiées en libre accès dans des revues ou sur des plateformes à partir du 1er janvier 2020. Il est adossé à une coalition de financeurs de la recherche, notamment l’ANR … Continuer la lecture de « Plan S (Europe) »

Un modèle à réinventer

Ce dossier de presse analyse le modèle de l’édition privé qui s’est progressivement tourné vers un oligopole du marché de l’édition scientifique et ne fait d’accroitre les inégalités d’accès au savoir entre les pays.

L’étude de Peter Suber intitulée « Qu’est-ce que l’accès ouvert » aborde les conséquences de ses inégalités économiques :

A titre d’exemple, la plus fortunée des institutions académiques indiennes n’avait accès en 2008 qu’à 12 % des revues auxquelles l’université de Harvard était abonnée. Les inégalités économiques renforcent une fois de plus les inégalités épistémologiques.

Aujourd’hui, c’est 40% du marché de la production scientifique qui est détenu par quatre grands éditeurs (Springer-Nature, Elsevier, Taylor & Francis et Wiley) qui ont toute latitude pour dicter leur loi économique. Cet oligopole est devenu l’un des plus rentable au monde, avec un taux de profit supérieur à 30% pour un chiffre d’affaire en milliard d’euros. Ce taux de profit exorbitant place même ces groupes devant des entreprises comme Google et Apple.

La France s’engage pour que les résultats de la recherche scientifiques soient ouverts à tous, chercheurs, entreprises et citoyens, sans délai, sans paiement.

Plan national pour la science ouverte

Ces dernières années, la France s’engage pour ouvrir la science au maximum. C’est donc le but que le gouvernement français vise à atteindre à travers le lancement, le 4 juillet 2018 du Plan national pour la science ouverte, action qui s’inscrit dans une dynamique internationale initiée au début du nouveau millénaire.

L’archive ouverte HAL

Le mouvement de la science ouverte a été lancé aux États-Unis dès 1991 quand le physicien américain Paul Ginsparg crée le site web hep-th, rebaptisée en 1999 ArXiv, pour les prépublications électroniques d’articles en libre consultation. Deux ans plus tard, le physicien du CNRS Franck Laloë, lance HAL, l’ « Hyper articles en ligne », la première archive ouverte pluridisciplinaire française. Développée par le CCSD (Centre pour la Communication Scientifique Directe), aujourd’hui la plateforme comprend 137 portails institutionnels et plus de 1,9 million de documents référencés. Toutefois, à l’heure actuelle, seulement la moitié de ces publications est disponible gratuitement.

Notre objectif : 100 % de publications en libre accès.

Alain Schuhl – Directeur général délégué à la science du CNRS

Le CNRS vise à très court terme ce but à travers la mise en place d’une stratégie reposant sur les quatre piliers de sa feuille de route : l’accès ouvert aux publications scientifiques, le partage des données scientifiques,  le développement et la promotion d’outils pour la fouille des contenus scientifiques et, enfin, l’évaluation individuelle des chercheurs.

Les données scientifiques : un trésor à partager

La possibilité de rassembler de vastes ensembles de données issus de différents horizons pourrait permettre d’extraire de nouvelles connaissances.

Alain Schuhl – Directeur général délégué à la science du CNRS

Les principes FAIR, « Facile à trouver, Accessible, Interopérable et Réutilisable » sont à la base du développement d’une science plus efficiente et d’une culture de l’ouverture et du partage des données de la recherche. En harmonie avec le deuxième axe du Plan national pour la science ouverte, l’objectif est que les données produites par la recherche publique française soient, dans la mesure du possible, rendues accessibles et réutilisables ainsi que « ouvertes que possibles, et fermées autant que nécessaire ». L’enjeu est d’encourager et promouvoir ces pratiques chez tous les acteurs de la recherche publique pour arriver à la mise en œuvre de ces principes.

A lire aussi

Les correspondants Science Ouverte des instituts CNRS